News

Le meilleur de Peyo, Franquin, Hergé, Jacobs, Rosinski et Uderzo
06.03.13

Le meilleur de Peyo, Franquin, Hergé, Jacobs, Rosinski et Uderzo

Vente exceptionnelle chez Banque Dessinée le 17 mars

C’est sans doute une des plus grandes collections privées de la bande dessinée franco-belge qui sera mise aux enchères le dimanche 17 mars à Bruxelles. L’initiative en revient à un collectionneur aussi passionné que méticuleux. Pour des raisons personnelles, il a décidé  de se séparer d’œuvres accumulées pendant 28 ans au départ d’un héritage spirituel –car alors sans valeur matérielle- de son grand-père paternel.

« Depuis le lancement de Banque Dessinée en 2005, c’est de loin notre vente la plus importante grâce à la rareté des lots proposés et à l’état extraordinaire des albums, confirme un des organisateurs, Arnaud de Partz. Nous sommes très sensibles à  la confiance accordée à notre jeune équipe belge  par ce collectionneur.»

Si on considère les seuls albums en édition originale de Tintin, dix sont estimés à plus de 5.000 € et quatre à des montants entre 10 et 18.000 €. C’est le cas par exemple des « Bijoux de la Castafiore » (1963), un tirage de tête à 100 exemplaires de luxe hors commerce et revêtus de la signature de Hergé ; celui-ci porte le numéro 53. (15 à 18.000 €).

L’œuvre majeure de la vente du 17 mars est signée Peyo (Johan et Pirlouit). Il s’agit d’une illustration à l’encre de Chine sur papier dessin destinée à la couverture de la réédition de l’épisode « Le Lutin du bois aux roches » publié aux Editions Dupuis en 1967.  L’auteur avait tenté de redessiner l’entièreté  de l’album, avec l’aide du Suisse Derib et de François Walthéry. L’album n’aboutira pas. Par contre, il redessinera lui-même la couverture, en gardant la même mise en scène mais avec une esthétique plus en rondeurs et en accord avec le graphisme de l’époque. A l’illustration est jointe la mise en couleurs réalisé sur calque. Cette couverture  de Peyo est estimée entre 70 et 80.000 €.

Plusieurs planches exceptionnelles seront aussi proposées aux collectionneurs, signées notamment de Franquin. A l’image de la n° 18 à l’encre de Chine du récit « Spirou découvre  l’Europe » publiée  le 13 septembre 1958 dans le journal Spirou. 1958, c’est l’année de l’exposition universelle à Bruxelles qui va marquer notamment les artistes qui vont traduire l’euphorie générale par un modernisme exacerbé et déluré. Cette planche  présente Spirou, Fantasio, Spip et le Marsupilami visitant à l’Expo le bâtiment de la porte mondiale de Bruxelles. Cette planche est un sommet de l’œuvre de Franquin (40 à 50.000 €).

Album mythique de Jacobs , « Le Mystère de la grande pyramide » a nécessité un important travail de composition dont fait partie une demi-planche à l’encre de Chine publiée dans le journal Tintin en 1951. Dans une séquence condensant la ligne claire parfaite et l’élégance du trait, on y voit Mortimer découvrant le panorama du plateau de Gizeh (40 à 50.000 €).

Dans un tout autre style et signée Rosinski, Banque Dessinée proposera une illustration couleurs à la gouache réalisée pour la couverture de l’édition allemande de l’épisode « Au-delà des Ombres » en 1988. Rosinski nous livre une image forte et allégorique de la mort qui rôde, des âmes qui s’évanouissent en papillons et du héros en pleine tourmente. (25 à 30.000 €).

Les amateurs de planches rarissimes ne manqueront pas une mine de plomb d’Asterix  réalisée pour une planche de « La Grande Traversée » par Albert Uderzo et René Goscinny. C’est la première fois qu’une planche crayonnée d’Astérix est proposée en vente publique et celle-ci provient de la famille Dargaud. (30 à 35.000 €).

Parmi les planches exceptionnelles toujours, à noter deux illustrations  à l’encre de Chine de Hergé. La première a été réalisée en 1955 pour un projet de puzzle et sert de finale à une histoire se déroulant sur une île inquiétante et apocalyptique (25 à 30.000 €) ; la seconde, inspirée du « Temple du soleil » a été conçue vers 1965 pour un autre puzzle. On y retrouve Tintin, Milou et le Capitaine Haddock se frayant un chemin dans le décor luxuriant de la forêt péruvienne à la recherche du temple perdu (18 à 22.000 €).

Dans  les quelques 800 lots de cette vente hors du commun, on pointera encore un portfolio de Hergé (20 à 25.000 €) et une belle illustration à l’encre de Chine représentant Haddock et envoyée par Hergé à un de ses admirateurs et défenseurs (12 à 15.000 €).

Enfin, quelques objets de collection très originaux ont été retenus dont une maquette de Tintin (72 cm), bronze et bain d’or coulé à la cire perdue. Cette épreuve unique est signée du sculpteur Nat Neujean (40 à 50.000 €).

Au vu des œuvres qui seront proposées aux amateurs de BD et de leurs estimations, c’est bien une vente aux enchères hors du commun que Banque Dessinée mettra sur pied. La suite à l’Hôtel de Ventes des Casernes à Bruxelles le 17 mars prochain. Une innovation informatique : il sera possible de surenchérir en direct via internet.

News/Press

News & Press Choose


By year

Tous Choose

Most read articles

Press service :

Balmoral Info Service

balmoral@skynet.be

+32 (0) 475 74 68 68